Base1

Enfin il est là et bien là. Depuis quelques jours la base n'est plus la même. Les tee-shirts, polos, chemisettes, shorts et « savates deux doigts » sont de sortie. Il fait entre 14° et 18° sous abri. On a même noté 24° en plein soleil. C'est la canicule ici !

La mer est d'un calme inhabituel et on pourrait même changer le nom au Golfe du Morbihan qui pourrait devenir le Lac du Morbihan.

Le ciel est d'un bleu azur, le soleil brille et nous apporte cette fameuse vitamine D qui commençait à faire défaut. Après un début d'été difficile avec des vents forts à très forts et des températures basses, que même de mémoires de Réu : « été coma ! Ah jamais ! » (Un été comme ça, on n'a jamais vu !). Mais c'est fini, c'est sur, l'été est arrivé et c'est bien comme ça. Par contre avec un mois et demi de retard il risque d'être court alors on en profite et les travaux d'extérieurs deviennent priorité des priorités.

Ce sont les Réu, les « infras » qui sortent les premiers comme d'habitude. Michel et Serge à Samuker

Mich et serge

thierry

Tristan

qui terminent la rénovation des menuiseries, on coupe, on cisaille, on place et on recommence. Il y a Thierry qui peut enfin remplacer une grosse charnière rouillée qui risque de céder. Tristan le plus jeune qui refait les joints des fenêtres de la résidence avec le sourire.

paul, fab et JP

lillian 

 

 

rené tracto

Un peu plus loin, le reste de la troupe finit le gros chantier de la route 66. René-Fred sur le tractopelle nivelle la terre pour les accotements que Fabrice tassera avec sa machine, Lillian qui nettoie le chantier aidé de Jean-Pierre et Paul près du camion. Tout le monde s'active parce qu'on sait bien que les beaux jours sont comptés et qu'ils peuvent se terminer aussi vite qu'ils ont commencé.

 

Claudine

Sur base, on aperçoit même Claudine notre « petite Marie » qui lave le perron de son bâtiment.  C'est agréable de pouvoir travailler dans ces conditions, avec au loin la vue sur le mont ROSS.

ross

Nos infras ne sont pas les seuls à se réjouir de ce beau temps. Les scientifiques ne sont pas en reste. Sur le terrain les conditions sont tellement bonnes que c'est un réel plaisir que de se trouver en cabane. La vie y est tellement plus facile et le travail se réalise beaucoup plus facilement.

 

france yves

À Biomar, dans le bâtiment destiné aux scientifiques, ceux qui sont sur base savourent également cette belle journée. France et Yves, nos deux Canadiens de la merveilleuse province du Québec après m'avoir raconté leur bonheur d'avoir appris tant de choses grâce à leur passage ici : « Il n'y a qu'ici que l'on peut réaliser ces expériences avec un retour et des corrections immédiates. On a appris beaucoup, on a découvert aussi et on a d'autres questions qui surgissent et qui ouvrent de nouvelles pistes. » me disent encore : « quand en plus on travaille avec la fenêtre ouverte en regardant la mer et en entendant le ressac, ce n'est plus un travail, c'est un jeu. » Avec l'accent Québécois, c'est un vrai plaisir à entendre et ces deux là vont me voir plus souvent, c'est sur et certain !